06/10/2004

Devinette ! (1)

Qui est-ce?

Bon, je donne des indices, mais les connaisseurs vont s'y retrouver "faciles".

Je ne reprends que cette année, car je ne peux écrire un bouquin quand même !

Quoi? Vous avez déjà trouvé?

Bon pour les moins connaisseurs je continue.

 

Il joue tous les matches. Là, 50 % déjà sait de qui on parle. Oui, oui, devant, derrière, sur le banc, il supporte. Il remplit la feuille de match? Ah je ne savais pas, mais c'est possible !

 

Il est à la base de la perte de 2 points lors du premier match de son équipe. Plus que 20% qui ne savent pas.

Pour le 2e match, il "aide" Brogno pour que celui-ci ait une volée facile.

  

C'est le joueur qui fait (beaucoup) plus de mauvaises passes que de bonnes (sisii, vous pouvez compter), il ne sait pas contrôler un ballon ...

 

Y a plus que les femmes qui ne savent pas de qui je parle, mais je vais quand même continuer.

Je vais directement au 6e match car y a tellement à dire.

Il ne joue pas contre Lokeren (blessé). Le Standard gagne 1-0. Mais déjà là y a progrès. N'embêtant plus ses copains derrière, pour la première fois, le Standard n'encaisse pas.

 

Il ne commence pas contre La Louvière (score 1-0 à la mi-temps). Donc pas de goal encaissé pour la seconde fois. Il monte à la 46e … mais devant. Conclusion : le Standard ne marque plus, mais n'encaisse toujours pas.

 

Blessé, il ne participe pas à Standard – Mouscron : 2-0; il ne gêne plus personne. Son équipe n'encaisse plus, marque plus facilement …

 

Coupe d'Europe Maintenant.

Standard – Bochum

Il (appelons-le GV), GV, donc, joue devant et … soyons logique : pas de goal encaissé et … pas de goal marqué (ben oui, il joue devant maintenant) !

Bochum – Standard

GV joue toujours devant et le score passe à 1-0 (pour Bochum bien sûr, quelle question !). Notre "ami" sort blessé à la 73e mais – indispensable aux yeux d'un aveugle (DD) - le standard joue à 10 pendant 10 minutes. Je crois qu'on va lui apposer un plâtre à la cheville et il va remonter. Et bien non, Le Standard espère se qualifier et le remplace. Il reste 7 minutes à jouer. Et arrive ce qui doit arriver le score passe à 1-1 et la qualification est là. En bon camarade, il traverse le terrain à cloche-pied et fait la fête avec ses copains et les supporters. Ce n'est pas de la fiction. Ici la fiction dépasse la réalité!

 

A tous les matches, on peut y faire de la prose. Il est une source intarissable !

 

Pour ceux qui l'aiment ou qui l'adorent, rassurez-vous, il va renaître de ses cendres (ou de son entorse à la cheville) bientôt afin de faire perdre quelques points à son équipe.

On n'a jamais dit à DD que cela se voit comme le nez sur la figure?

 

Mais non GV ce n'est pas Georges Van Buyten ou Grégoire Vandenbergh. Grégory Van Basten?

On se fout de qui? Pourquoi pas Gilles Vigneault !!!! (quoique que Gilles doit être meilleur). En tout cas "Gilles" – Gilbert – Van Binst, lui aussi valait le déplacement; mais pas le même style !

 




17:00 Écrit par Luc | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

C'est pas moi GV, GV ???
God Verdom, c’est pas de moi qu’on parle ?
Non, je pense pas ; moi, je joue à Brugge et je viens de marquer mon 139e but.
Mais j’ai hésité !

Écrit par : geert verheyen | 07/10/2004

J'étais cycliste ! Moi, j’ai changé de nom y a longtemps. Avant c’était Gode Vroot, mais j’ai ajouter Walter devant. Même à vélo (oui, je roulais du temps de Merckx), je suis meilleur que ce « GV ». Mais je me demande bien qui c’est !

Écrit par : Walter Gode Vroot | 07/10/2004

Les commentaires sont fermés.